D G L F L F
Accueil Actualités La DGLFLF Semaine de la langue française Le français et le droit Vocabulaire et terminologie Les langues de France Etudes et recherches Publications Ressources
et liens
 

 

La France est au départ un espace plurilingue où la langue de la cour côtoie plusieurs parlers régionaux. En 1539, François 1er signe dans son château de Villers-Cotterêts un édit qui impose le français à la place du latin pour les actes de justice et d'état civil. L'unification par le français, entamée depuis le XVIe siècle, s'accélère avec la Révolution française. Par la suite, "la République une et indivisible » a vu dans la pluralité des langues un obstacle à l'unité des français. De ce désir d'unité naquit le français, langue nationale.

La France a une longue tradition d’intervention sur la langue. A la fin des années 60, le recul de l’État-Nation, le développement d’une construction supranationale européenne, l’internationalisation des échanges et le progrès du libéralisme entraînent une baisse ou un sentiment de baisse relative de l’importance du français.

Cette évolution conduit le législateur à introduire une innovation importante dans notre droit puisque l’article 2 de la Constitution française prévoit en 1992 que « la langue de la République est le français ».

La spécificité de la politique linguistique de la France tient à son caractère global : elle est basée sur un « droit au français » concernant différents domaines de la vie quotidienne de nos concitoyens (consommation, travail, etc). Ce droit s'appuie notamment sur la loi du 4 août 1994, qui constitue un texte de référence pour l'usage de notre langue.

La délégation générale à la langue française et aux langues de France, service du ministère de la culture et de la communication, est chargée de coordonner cette politique.